La fin de vie : la même pour tous ?

La relation d’aide, et surtout en fin de vie, est beaucoup plus qu’on ne peut l’imaginer marquée par les croyances et représentations de chacun.

Le prix par journée de formation est de 900€.

Pour les travailleurs des MR-MRS du secteur privé (CP 330.01.20), cette formation peut être organisée gratuitement (financement FEBI) au sein de l’institution.

Description

Les soignants sont fréquemment confrontés aux différences culturelles. Dans la relation d’aide, les objectifs qu’ils peuvent fixer, les moyens qu’ils mettent en œuvre, l’évaluation qu’ils font de leurs interventions sont en général – beaucoup plus qu’ils ne le pensent – marqués par leur propre culture.

Il en va de même des patients et également des institutions, dont la culture peut être en tension avec celle des soignants. Les tiraillements sont donc nombreux et peuvent conduire à des situations embarrassantes, où l’improvisation et la confusion sont courantes.

Pour arriver, au bénéfice de tous, à une plus grande efficacité des interventions, il est utile de promouvoir un véritable dialogue interculturel. Celui-ci passe d’abord par un effort de connaissance de sa propre culture, puis par une démarche de compréhension des cultures auxquelles le professionnel est confronté.

Comment prendre de la distance par rapport à son « cadre de référence » et accéder à celui de l’autre ?

objectifs de la formation

  • Réfléchir ensemble aux dimensions culturelles mobilisées dans la relation d’aide
  • Informer sur les grands axes de variabilités culturelles sur les thèmes liés à la fin de vie et qui sont en lien avec la pratique professionnelle des participants
  • Définir le racisme et les peurs associées
  • Travailler sur des pistes de dialogues entre intervenants de cultures différentes
  • Interroger les participants sur « ce que je suis », « ce que l’autre est » avec la notion de respect

Méthodologie

Il est illusoire de vouloir se mettre à l’écoute de l’autre quel qu’il soit si l’on n’a pas fait soi-même l’expérience d’avoir été vraiment écouté.

La méthodologie utilisée sera essentiellement participative par une écoute et une attention portée aux demandes et questions spécifiques des participants. Elle comportera des :

  • Exercices de mise en situation
  • Exercices de communication
  • Mises en commun et partages d’expériences
  • Échanges théorique pour recadrer les concepts
  • Réflexions à partir des demandes du groupe

Ce n’est pas une accumulation de savoir que l’on vise mais bien des changements relatifs au savoir-être des soignants.